Angèle et L’impératrice inaugurent la nouvelle année des FiftyFifty session

  • Angèle

 

On se retrouve pour cette nouvelle session à la galerie Horta dans un espace réaffecté en ce lieu que l’on nommera désormais C12 dont l’impressionnante nouvelle sono n’a pas su répondre aux besoins des artistes de cette soirée. Les voix d’Angèle et de L’impératrice se sont malheureusement noyées dans les échos de la salle. Installé dans la projection de futures soirées électroniques où le C12 s’imposera sans aucune difficulté comme un des hauts lieux d’une nuit bruxelloise en perte de repères, le système peine à traduire les voix des deux chanteuses.

L’annonce de la venue d’Angèle n’a pas été une grande surprise. Tous les artistes passés par la FiftyFifty session sont ceux qui ont fait nos playlists dès le lendemain. C’est à se demander si le concept ne tiendrait pas réellement sa promesse de tremplin et jouerait un rôle dans le succès des musiciens qu’il présente. Malgré une jolie proposition et l’accueil favorable du public pour le morceau « Je veux tes yeux » sorti le matin même, l’artiste fait face à une foule fatiguée.

Le moindre doute que l’on aurait pu formuler sur l’énergie du public se dissipe dès les premières notes balancées par L’impératrice. Le groupe a beau soigner ses clips, c’est en live qu’il faut l’entendre et le voir. Les instruments électroniques se déploient sur des sonorités eighties dignes d’une BO de Stranger Things. Un album prévu pour le 2 mars et un bon point pour les salles belges ayant programmé L’impératrice, dont la vente des billets a dû décoller.

Et parce que le public des FiftyFifty sessions n’est jamais rassasié, la soirée se termine sur un DJ set d’Ulysse. Le reste de la soirée appartient à quelques oiseaux de nuit.

KET_8560

Publications similaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *