|Interview| Kalahari Oyster Cult, label à suivre !

Après un peu plus d’un an d’existence et une petite dizaine de sorties, Kalahari Oyster Cults’affirme comme un label à suivre de très près pour les fans de House. Rencontre avec Colin Volvert, boss du label qui officie également comme DJ sous le pseudonyme de Rey Colino notamment pour le collectif Under My Garage dont il est l’un des résidents.

31909242_10156287608065350_5788264086936485888_n

Salut Colin, ton label, Kalahari Oyster Cult, a un peu plus d’un an d’existence… Quel bilan tires-tu de cette année écoulée ?

Hello ! Écoute, une belle année bien remplie. 10 releases sur une année, c’est un bon débit diront certains, mais j’ai trouvé mon rythme et je m’y tiens. On peut dire que j’ai appris, sur le tard, énormément de choses au fil de l’année et je compte bien les mettre en pratique en 2018 ! On a touché un peu a tout, EP, LP, compilations, reissue, on est reparti pour une grosse année…

Quelle était ta motivation initiale au moment du lancement ? 

Tout s’est passé assez naturellement en fait. J’avais tout juste commencé un stage a Bordello A Parigi et je commençais a gérer l’aspect production – pressing plant de l’entreprise. À ce moment-la, j’écoutais la série « Somewhere In The Tapes » de l’énigmatique Jacy, on était aussi en contact direct. Je lui ai proposé de sortir 4 tracks pour un ep, il a directement accepté.


Il y a une certaine diversité dans les sorties… est-ce que tu marches au coup de cœur et aux bonnes opportunités ? Comment fonctionnes-tu pour déterminer le fil rouge du label ? 

J’essaye de ne pas me cantonner à un style précis. Je détesterais que les gens sachent à quoi s’attendre et s’ennuient du label. Le fil rouge du label correspond à 100 % à ce que j’écoute/joue au moment de la signature. C’est aussi simple que ça. Je me demande si la release est essentielle et si, en tant que collectionneur, je l’achèterais dans un record shop.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur deux des repress du label, à savoir la compilation de Raymond Castoldi et l’album de Mpumi… Comment as-tu découvert ces artistes et comment ça s’est passé pour ressortir ces morceaux vieux de plus de 20 ans ?

Un long travail de recherche pour les ayants droit, les master tapes et les deals de licensing… quelques nuits blanches en somme !

En plus du label, tu es également DJ et tu travailles chez un disquaire à Amsterdam (Bordello a parigi), ça te laisse du temps pour produire ou c’est quelque chose qui ne t’attire pas spécialement ?

Je suis déjà occupé quasi jour et nuit par la musique : 8 heures par jour au shop, au moins 1 -2 h de Djing/digging en soirée. Pas assez d’heures dans une journée, et ma copine est déjà assez bien compréhensive ! 

Quelle comparaison fais-tu entre Amsterdam et Bruxelles ? Sur quel(s) point(s) la fête s’organise et se fait-elle de manière différente dans les deux villes ?

Il s’agit de deux perspectives différentes, surtout au point de vue de la musique électronique. Elle est bien plus intégrée et representee ici a Amsterdam, et ce, depuis quelques années déjà. Ce sont des initiatives comme Red Light Radio et des institutions comme Rush Hour qui en ont fait un atout pour la ville. Chose qui n’est pas encore comprise a Bruxelles. Mais les gars de Kiosk, Crevette, UMG et C12 sont en train de rattraper le retard vitesse grand V, impressionnants de détermination et de travail ! S/O a eux !

En tant que DJ résident de Under My Garage, tu es souvent amené à faire des warm-ups ou des closings… Qu’est-ce que tu préfères ? Et pourquoi ? Comment appréhendes-tu ce genre de DJ-set ?

Ce sont deux exercices complètement différents, mais je trouve que le warm up nécessite plus de réflexion, et une capacité d’adaptation a l’artiste qui suit. En plus, il s’agit de créer un narratif cohèrent et surtout, être capable de ne pas lâcher les chevaux trop tôt. Un bon warm-up pose l’ambiance de toute la soirée qui suit, je pense !

Concernant les sorties à venir… Qu’est-ce que tu peux nous dire là-dessus ? 

En juin sortira elsewhere MMDLXXVI, en coopération avec soFa. Impatient que ça sorte ! Pour la suite, rien d’officiel, donc je reste discret. Je peux juste te dire que je lance une nouvelle sous-série de releases qui se concentrera sur les sons plus « tribals », autour des percussions !

La sélection de Rey Colino :

Publications similaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *