La candeur de Mahalia a conquis l’AB!

Week-end pascal oblige, on était sur tous les fronts et nos intellects ont encore un peu de mal à s’en remettre. Et oui le week-end passé a commencé mercredi au Bota pour se poursuivre le jeudi devant Mahalia à l’Ancienne Belgique.

180329mahalia11

Mercredi soir, je me rendais au concert de l’Anglaise Mahalia que j’ai croisé pour la première fois dans une vidéo de Colors. Depuis, je dois bien avouer que je n’ai pas écouté grand-chose d’autre du répertoire de la jeune chanteuse, mais ma curiosité m’a tout de même poussé à aller la voir de mes propres yeux.

Malgré son jeune âge, elle ne manque sûrement pas d’expérience puisqu’elle a écrit ses premières chansons à 8 ans et elle a signé son premier contrat avec une major à 13 ans. Et c’est peut-être en partie ça qui m’a empêché de rentrer pleinement dans son monde. Non pas que je sois jaloux que quelqu’un puisse écrire des chansons si jeune, mais plutôt que de ce fait, les thèmes qu’elle aborde ne me touchent pas vraiment. C’est très mignon qu’elle ait écrit sur son crush de quand elle avait 12 ans ou sur le fait que les garçons ne l’aimaient pas en retour quand elle en avait 15, mais pour moi ça manquait un peu d’intensité.

A côté de ça, pas grand-chose à dire! Mahalia réunit plusieurs éléments qui lui permettront de perdurer dans la musique et les récents sold out sur la plupart des dates de sa tournée sont là pour le confirmer. Une voix à tomber qui se marie aussi bien avec des mélodies qu’elle joue à la guitare qu’avec des beats plus énervés, un charisme débordant, une énergie assez communicative et un humour qui lui permet de créer un lien avec son public. Comme ce moment où un spectateur lui demande de chanter son tube Sober, mais qu’elle lui répond qu’elle garde ce morceau pour la fin pour ne pas que les gens partent avant!

Publications similaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *