La journée de la femme selon LifeStage

La journée internationale de la femme, c’était le 8 mars (comme chaque année), et gâtés comme nous sommes, nous avons suivi deux événements en lien avec cette journée spéciale, Psst Mademoiselle au Kumiko, et La Belle Hip Hop au Botanique ! Débrief !

Lous Oui 6

Quoi de mieux que d’accueillir un événement pour les femmes, comme Psst Mademoiselle, le 8 mars ? Mon petit doigt me dit que l’organisation a expressément posé ce choix, et on apprécie le move engagé. Lous & The Yakuzas et Gayance, deux super women parmi tant d’autres, se partageaient l’affiche de la deuxième édition et chacune a rempli le Kumiko de bonnes ondes.

Lous a délicatement déposé son gore et sa soul dans nos oreilles. Elle était accompagnée de ses sœurs aux chœurs, de son guitariste, mais aussi de Primero sur un morceau, histoire de nous mettre l’eau à la bouche en attendant leur mixtape commune et leur concert lors des nuits 2018.

Ensuite, la DJette Haïtienne/Montréalo-Bruxelloise d’adoption Gayance nous a servi sa sorcellerie sur ses platines, et nous a fait gigoter dans tous les sens. Rythmes tribaux, incantations vaudou, hip hop et house, de quoi nous tenir en agitation deux heures durant. D’ailleurs, si tu veux prendre un cours de potions, RDV le 21 mars au VK le pour la Amplified: DJette Masterclass with Gayance.

Le vendredi 9 mars, nous avons emprunté le chemin du Botanique pour l’opening night du festival La Belle Hip Hop, qui se tient du 8 au 15 mars dans divers lieux de Bruxelles. Au programme de la soirée, une dizaine d’artistes internationales. Comme le masculin l’emporte en français vous aurez compris qu’ici, « internationales » fait donc bien référence à des artistes uniquement féminines.

La scène de l’Orangerie a vu défiler Blu Samu, Mc Manmeet Kaur, Krtas Nssa, Pinqy Ring, Malikah, Bgirl Roxy, Dee Mc, AYBEN, GAVLYN et Kab & Lipass. Des prestations enflammées, engagées, et bien reçues par un public très chaud ce soir-là. Par ailleurs, la soirée proposait un battle de danse et une remise de prix, où Fatoosan, du SupAfly Collective, s’est vu remettre un award.

Bref, un début de weekend entre femmes, deux événements et plein de femmes inspirantes à conserver dans vos radars.  Mmh, tu la sens l’odeur du matriarcat ?

 

Publications similaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *